image 2 from project

Lancement d’un projet de gestion durable des littoraux

12/06/2020

 

Lancement du projet PACCo (Promoting Adaptation to Changing Coasts), un projet dont le but est de créer un modèle de gestion durable des littoraux et des estuaires pour tenter de s’adapter aux changements climatiques.

Le projet possède un budget de 25,7 millions d’euros, dont 17,8 millions sont financés par le Fonds Européen de Développement Régional au travers du programme Interreg France (Manche) Angleterre.

Durant les trois prochaines années, PACCo restaurera deux sites pilotes de 100 hectares de zones humides côtières au sein de régions développées – le site d’Otter Estuary dans le Devon (Angleterre) et la vallée de la Saâne en Normandie (France). La restauration de ces territoires permettra de réduire le risque d’inondation, d’absorber du carbone, et de bénéficier aux personnes ainsi qu’aux habitats naturels. Développé pour proposer de nouvelles solutions pour une gestion plus naturelle et efficace des estuaires fortement modifiés, le modèle PACCo pourrait être reproduit sur 70 autres sites dans la zone France (Manche) Angleterre

Le projet est dirigé par l’Environment Agency et comporte trois partenaires dans le nord de la France et trois dans le sud de l’Angleterre. Les travaux sur le site anglais comprendront la création de vasières et de schorres, le déplacement d’une route pour protéger une décharge désaffectée de l'érosion due à d'éventuelles inondations, et le déménagement d’un club de cricket. Les travaux sur le site français comprendront l'augmentation de la connectivité entre la rivière et sa plaine d'inondation, le déménagement d'un camping et la construction d'une nouvelle station d'épuration des eaux pour prévenir la contamination et améliorer la qualité de l'eau sur deux plages.

Les zones estuariennes et côtières ont été grandement utilisées de manière inappropriée au cours des 300 dernières années, avec notamment leur usage dans le cadre de l’agriculture ou des activités de loisirs, et le changement climatique présente une menace importante pour la zone du FMA, qui devrait être affectée par une hausse importante du niveau de la mer en 2100, par rapport à 2000. Il est de plus en plus reconnu qu'il nous faut trouver des solutions d’adaptation au changement climatique pour une gestion réussie des estuaires et des côtes dans le futur.

La recréation d’un schorre permettra de supprimer l'équivalent de 170 piscines olympiques remplies de CO2, ce qui représenterait 2,9 millions d'euros par an. De plus, le projet développera davantage le tourisme vert dans les deux vallées, dont le bénéfice à la fin du projet est estimé à 40 millions d’euros dans le cas de la Vallée de la Saâne, et à 12 millions d’euros pour la vallée d’Otter. D'importants avantages pour la santé publique sont également attendus du fait que le projet fournira un accès accru aux environnement naturels.

En savoir plus sur le projet.