Skip to content
Bluefin Tuna web

FISH INTEL utilise une technologie innovante pour améliorer les habitats des poissons

11/03/2021

La technologie innovante de suivi acoustique sous-marine servira à identifier les conditions environnementales dont diverses espèces marines importantes ont besoin pour vivre. 

Le projet FISH INTEL, financé par le programme Interreg France (Manche) Angleterre, se concentrera sur une série de sites des littoraux dans le sud de l’Angleterre, le nord de la France et la Belgique.

Grâce à une combinaison de suivi des poissons et relevés vidéo sous-marins, le projet transfrontalier dressera un état complet des déplacements de poissons et des habitats préférés d'espèces individuelles.

Il contribuera aussi à augmenter le nombre de données pour évaluer l’impact de la pêche, du changement climatique et d’autres activités humaines, comme le développement de sites d’énergie renouvelable et la mariculture au large, dans l’espace de la Manche.

Le projet FISH INTEL fait intervenir des organismes de recherche au Royaume-Uni, en France et en Belgique qui travailleront directement avec des pêcheurs, des régulateurs et des représentants de l’industrie dans les trois pays.

Le projet surveillera des espèces marines sur sept sites, dont le bar européen, le lieu noir, l’écrevisse et le thon rouge jugés importants pour la région du point de vue commercial.

Les données obtenues sur les déplacements des poissons et les habitats qu’ils occupent seront alors partagées avec d’autres intervenants-clés, des organismes d’application de la loi et des décideurs.

Il faut souhaiter, à terme, que la recherche permettra à des autorités de la région de mettre en œuvre des plans de gestion des pêches basés sur les écosystèmes (EBFM) dans le but d’améliorer la situation et la qualité de l’eau dans ces habitats, ainsi que de garantir le déroulement durable d’activités comme la pêche, des projets de génie civil et d’industries d’extraction.

Ce projet a également pour but d’améliorer la collaboration et la communication entre de nombreux partenaires différents qui ont un intérêt commun dans l’espace de la Manche.

Le Dr Emma Sheehan, Professeure agrégée en Écologie marine à l’Université de Plymouth, est la principale chercheuse du projet. Elle a coordonné auparavant un certain nombre de projets à l’aide d’une technologie de pointe pour faire progresser des politiques de conservation au profit de l’industrie de la pêche et de l’environnement.

Elle a déclaré : « Les demandes sont nombreuses, de même que les accents mis sur l’environnement marin. Et au cours des années à venir, l’impact de facteurs comme l’activité humaine et le changement climatique pourront connaître une croissance exponentielle. Il s’agit d'un projet captivant et d’une grande portée et tous les partenaires poursuivent l’objectif commun de protéger le mode de vie dans nos habitats et communautés côtiers. Mais avant de développer des solutions qui préservent nos côtes et les espèces qui en dépendent, nous devons comprendre les habitats que nous essayons de protéger. »

Carolyn Reid, Gestionnaire de Programme, Interreg France (Manche) Angleterre, a déclaré : « L’espace de la Manche est le foyer de nombreuses communautés qui vivent de la pêche et une importance significative est accordée aux économies locales et à l’emploi.

Nous sommes impressionnés par l’ambition de FISH INTEL qui utilise une technologie innovante et rassemble de nombreux intervenants transfrontaliers pour améliorer la gestion durable des ressources marines. Nous nous attendons par conséquent à ce que le projet améliore considérablement le statut écologique de nos eaux côtières tout en garantissant leur durabilité sur le plan commercial. »

Le projet dispose d’un budget total de 4 millions €, dont 2,8 millions € financés par le Fonds européen de développement régional via le Programme Interreg France (Manche) Angleterre.

Plus d'information